Baromètre de la confiance des consommateurs québécois à l’égard des aliments

Dans le cadre de la Politique bioalimentaire, de portée gouvernementale, le niveau de confiance des consommateurs est suivi périodiquement à l’aide du Baromètre de la confiance des consommateurs québécois à l’égard des aliments. Cet outil de mesure a été développé par une équipe de chercheurs du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) à la suite d’une revue de la littérature sur les notions de la confiance appliquée au secteur alimentaire et d’une consultation de nombreux acteurs du secteur alimentaire. Une première édition a été effectuée en 2019. 

Ce rapport présente les résultats descriptifs de la deuxième édition du Baromètre de la confiance à l’égard des aliments dont la collecte de données a eu lieu en février 2021.

Quelques faits saillants de cette 2ème édition : 

  • Alors que le Québec traverse, à l’instar de tous les pays, une crise sanitaire sans précédent, les Québécois ont toute confiance dans le secteur alimentaire de la province et cette confiance est en hausse par rapport à 2019, que celle-ci touche les aliments, les lieux d’achat, les entreprises du secteur, la réglementation ou encore l’étiquetage.
  • Les résultats révèlent que les compétences alimentaires des Québécois se sont améliorées sur la période 2019-2021 et que les Québécois ont modifié ou ont l’intention de modifier leurs comportements d’achats en privilégiant des aliments plus sains et en priorisant l’achat d’aliments du Québec. 54 % prévoient augmenter leur consommation d’aliments du Québec dans la prochaine année (48 % en 2019).
  • Les prix des aliments et les intrants préoccupent toujours mais les Québécois sont globalement moins préoccupés en 2021 qu’en 2019. 
  • Finalement, Invités à évaluer le niveau d’importance à accorder aux choix de société que le Québec devrait prioriser pour l’avenir, les Québécois mettent en première place du classement l’accroissement de l’autonomie alimentaire du Québec. Viennent ensuite, pour ainsi dire avec une moyenne ex aequo, les choix de société en lien avec l’accès aux aliments non seulement en matière de prix mais aussi en matière d’aliments santé, le développement d’une agriculture respectueuse de l’environnement et finalement le développement économique du secteur.

 

L’ensemble des actions plébiscitées par les Québécois, totalement en adéquation avec les pistes d’action proposées dans la Politique bioalimentaire du Québec, couplés à la grande confiance témoignée par la population envers le secteur confirment que le secteur bioalimentaire peut et doit faire partie des solutions de la relance économique post-pandémie pour le Québec.

[ - ]
[ + ]