secure

Les politiques familiales du Québec évaluées à partir des trajectoires de revenus d’emploi des parents et des personnes sans enfant

L’objectif de cette étude est d’examiner l’impact des politiques familiales canadiennes et québécoises survenues à partir de 2001 sur l’écart salarial lié à la maternité. Plus particulièrement, nous nous intéressons à l’effet de l’extension des congés parentaux au niveau fédéral, ainsi que des services de garde à contribution réduite et de la bonification des congés parentaux au Québec, sur l’écart de salaire entre les mères et les femmes sans enfant. À notre connaissance, aucune étude ne s’est spécifiquement penchée sur les effets de court et long termes de ces politiques sur ce phénomène dans le contexte canadien ou québécois. Cette étude est basée sur l’Étude longitudinale et internationale des adultes (ELIA) de Statistique Canada, couplée à des fichiers administratifs historiques couvrant la période de 1982 à 2013. Nous trouvons que les politiques familiales du Québec ont eu un impact positif et significatif sur la réduction des écarts de revenus entre les mères et les femmes sans enfant, particulièrement à long terme. Les mères québécoises qui ont donné naissance à leur premier enfant en 2001 ou après voient leurs revenus augmenter plus rapidement dans les années suivantes, comparées aux mères du reste du Canada et aux mères au Québec dont le premier enfant est né avant 2001. L’écart salarial de long terme, soit 10 ans après la naissance du premier enfant, est réduit de 39 points de pourcentage au Québec, passant de -49 % à -10 %. En comparaison, l’écart salarial pour les femmes du reste du Canada est passé de -48 % à -41 %. L’effet net des politiques familiales québécoises est donc de 32 points de pourcentage.

[ - ]
[ + ]
Website Security Test